mercredi, 16 mai 2018 10:43

Mai • Juin 2018 édito

Mai • Juin 2018
J'
ai toujours considéré que « l’infini » était un truc tellement grand (ou tellement petit) que rien ni personne ne pourrait jamais l’atteindre. Et je m’en suis satisfait même si ça n’a pas réellement ni profondément alimenté ma réflexion. Et puis, il n’y a pas si longtemps, je me suis surpris à considérer l’”in-fini” comme un concept bien plus simple à comprendre. L’IN – FINI, c’est quelque chose qui n’est pas FINI et qui, de par sa nature, ne sera jamais fini.
C’est donc plus un principe d’évolution que la référence à une simple dimension aussi infinie fut-elle !

La Semence :
La Nature est ainsi faite. Arrivée au terme de son cycle, la plante s’efface pour laisser place à une graine qui, semblant mourir sera, dès le printemps et les premières “chaleurs”, sources d’une vie nouvelle. La Vie, malgré la bêtise humaine et l’agression de notre cosmos, n’est pas finie et ne finira jamais.

S’aimer :
Il en va de même pour l’Amour, un immense cercle vertueux IN-FINI lui aussi. S’il n’était pas contingenté par les limites de notre incarnation, l’Amour connaîtrait le même processus de Vie que la plante. Plus on reçoit de l’Amour, plus on a envie de rendre de l’Amour et même de façon plus généreuse que ce que nous avons reçu initialement. La personne (ou l’être en général) qui reçoit cet Amour n’a qu’un seul désir : en faire encore plus pour l’être aimé. Encore plus ? Jusqu’à la mort ? Et nous revoilà dans le cycle de la vie du grain qui tombe et meurt pour être plus pleinement source de Vie.

Voilà “d-sidment” ce dont notre monde a le plus besoin : semer pour aimer, s’aimer pour donner vie… Je vous invite à repérer tout au long de ces pages les occasions “de nous semer”…

Benoît

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.