mercredi, 07 novembre 2018 14:55

‘‘dis Mère-Grand...’’ : L'ortie

‘‘dis Mère-Grand...’’ : L'ortie
V
ous avez dit « remède de Grand-mère » ?
Véritable puits de connaissance, cette Grand-mère qui transmettait son savoir à sa fille, est à l’honneur dans cette rubrique*, avec la présentation d’une plante, de ses vertus et de la façon de l’utiliser.

Aujourd'hui : L’ortie” (Urtica dioica)
Famille des Urticacées, la grande ortie (60cm à 1,20m de hauteur) est une plante vivace à rhizome, aux feuilles dentées vert foncé, recouvertes de poils urticants. Elle est envahissante, pousse dans toutes les régions tempérées et affectionne les sols riches en matière organique animale et végétale. Elle est nommée dioïque car ses organes mâles et femelles sont sur des pieds différents. Il ne faut pas la confondre avec l’ortie piquante (Urtica urens), plus petite et beaucoup plus urticante, utilisée essentiellement en homéopathie.

Historique
Pour Hildegarde de Bingen, l’ortie purge l’estomac et fait disparaître les toxines. C’est au XIème siècle que l’on démontre les propriétés hémostatiques du suc d’ortie. On l’utilise aussi dans l’industrie pour en extraire la chlorophylle dont elle est bien concentrée. Mais elle est très célèbre auprès des jardiniers car le purin d’ortie est un engrais naturel très efficace.

Propriétés médicinales
Ses feuilles sont très riches en sels minéraux et oligoéléments, dont fer (bien plus que les épinards), silice, calcium, magnésium, zinc, souffre, etc., en vitamines A, B et C mais également en protéines complètes. L’ortie est reconnu pour ses propriétés ; diurétique, dépurative, astringeante, anti-anémique, anti-inflammatoire, anti-rhumatismale et reminéralisante. Sa haute valeur nutritionnelle l’indique en cas de fatigue, d’anémie, de règles abondantes, de problèmes de peau, de rhumatismes et d’arthrite. La racine d’ortie permet d’augmenter le flux urinaire et diminuer les troubles en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Marie Pereira, Naturopathe - Botanic®

Utilisations

La feuille s’utilise à l’état frais ou sec, on la trouve facilement sous forme de suc, de teinture-mère, de poudre et de feuilles séchées pour l’infusion, la décoction et autres utilisations culinaires.

En cuisine :
On peut la manger crue ou cuite et utiliser l’ortie séchée dans les préparations chaudes ou froides. On peut par exemple l’intégrer dans une soupe, un bouillon, un pesto, ou bien une tarte. On peut aussi l’incorporer dans une salade, une vinaigrette, un fromage blanc salé ou faire un beurre parfumé.

En infusion :
1 cuillère à soupe de feuilles pour 250ml d’eau froide, porter à ébullition (eau et plante), éteindre, couvrir et laisser infuser 15 mn avant de filtrer. On peut en boire 3 tasses par jour en cure de 3 semaines.

Décoction de racines :
1 cuillère à café de racines pour 250ml d’eau froide, porter à ébullition (eau et plante), maintenir l’ébullition pendant 5 mn puis couvrir et laisser infuser 15 mn avant de filtrer. 2 tasses par jour en cure de 3 semaines pour les troubles de la prostate.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.