mercredi, 07 novembre 2018 14:48

On est Bien : Osons la profondeur

On est Bien : Osons la profondeur
S
i ce Salon n’avait pas existé… Il aurait fallu l’inventer ! Réunir des professionnels en un même lieu pour lui permettre de s’exposer à travers un stand en présentant son activité ou l’outil qu’il propose est une démarche qui existe depuis des siècles !
Alors qu’avait-elle donc de particulier cette année, la troisième édition de ce Salon “On est Bien !” ?

L’analyse que l’on peut en faire et les retours des exposants comme des visiteurs nous livrent une part de la réponse :
- elle avait été affichée sur les supports de communication
- elle avait été annoncée sur la vidéo de présentation…

…Le maître-mot de ce Salon était “la Rencontre”.

Rencontre avec soit, avec l’autre dans nos contextes de vie privée comme au travail.

Pour vivre la Rencontre; il fallait déjà prioriser l’accueil et en cela, Jean-Marc et Sylvie, les organisateurs, sont devenus de vrais champions.
Après, tout est une question de disponibilité, d’écoute, d’attention et de bienveillance. Beaucoup des exposants présents étaient des professionnels nous invitant à acquérir ou renforcer ses valeurs exprimées. Il est donc tout naturel de pouvoir les expérimenter. Mais le dire, c’est bien, le vivre, c’est juste exaltant.
Ça donne des ailes et des frissons dans le dos, c’est un sourire partagé, c’est une poignée de main chaleureuse, c’est une attention particulière en signe de reconnaissance pour ce partage si fécond.

Et puis, sur la journée de vendredi, est apparu un “fantôme tout en gris” ! Ils se font appeler les “petits gris” mais qu’est-ce qu’un moine venait-il faire dans ce Salon ?

A oui ! Un orateur talentueux pour une conférence qui en a touché plus d’un parmi nous ! Et de plus, intervenant à HEC et accompagnant de chefs d’entreprise, il avait tout sa place au sein de ce Salon !

Peut-être même que cette dimension spirituelle qui le colorie pourrait être force de proposition pour l’entreprise de demain et pour le mieux être de chacun ?!
Affaire à suivre.

Benoît

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.