mercredi, 07 novembre 2018 13:21

Sacré, religieux et magique ? …

Sacré, religieux et magique ? …
C
ela faisait bien longtemps que je n’étais pas retourné au Palais de L’Ile en particulier depuis les travaux ! Je fais donc partie de ces mauvais annéciens qui ne connaissent pas leur patrimoine culturel !
Yann Bazin et Sophie Sesmat ont fait un travail remarquable sur une thématique osée puisque un peu à contre courant : le sacré voire le religieux ne remuent pas forcément les foules aujourd’hui ! Et pourtant, quelle richesse !

Les deux organisateurs ont su nous préparer un savant mélange d’histoire, d’art, de sacré, de magie ou de superstition… Dire que l’on parle de nos grand-parents ou peut-être arrière-grand-parents ! Ce n’est pas si vieux et nous sommes de cette terre-là !

En terminant la visite de cette exposition, Sophie Sesmat, antiquaire de son métier, spécialisée dans les œuvres et objets sacrés et religieux, nous confiait un réel engouement du peuple russe à la recherche aujourd’hui d’œuvres sacrées et en particulier celles contenant des reliques. En effet, la révolution bolchevique s’est appliquée à détruire toute trace de l’histoire chrétienne de ce pays.

Reliques ? Je me suis alors souvenu d’une petite boîte découverte dans les effets personnels de mon père au moment de son décès. Cet écrin porte la mention “ Reliques Monseigneur Verjus”. Nous connaissons la rue Henri Verjus, ce missionnaire du Sacré Cœur parti évangéliser La Nouvelle Guinée. Sa famille a marqué Annecy de son séjour mais moi, je n’avais jamais fait le lien ! Mèche de cheveux, pièce de son vêtement, mouchoir, jusqu’à quelques graines dont j’ai depuis eu la curiosité de percer le secret…
Un pèlerin du côté de Montefalcao en Italie aurait eu une apparition de Jésus qui lui aurait commandé de planter son bâton dans le sol. Le bâton prit racine, un arbre poussa et ses fruits reçurent de la part de Jésus la promesse d’être soutien pour toutes les femmes qui en mangeraient au moment des douleurs de l’accouchement. Dans cet écrin redécouvert, cinq petites graines ont été précieusement conservées… depuis… 1892.

J’avais juste envie de partager avec vous ce moment intime mais qui ressemble un peu à un conte de Noël, non ?

Benoît

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.