mardi, 19 mai 2020 09:12

Notre vie intérieure…

Notre vie intérieure…

Enfin, et c’est le plus impressionnant, le plus exaltant, le plus mystérieux, nous sommes invités à accueillir la dimension divine qui nous est proposée de partager avec l’Autre !

 

C’est ce que Teilhard de Chardin propose : toutes ces parties spirituelles, divines (et christiques pour ceux qui l’accueillent) qui nous composent individuellement, trouvent leur aboutissement dans la communion « par Lui, avec Lui et en Lui ».

 

Oui, nous sommes dans la dépendance à cet Autre mais quelle meilleure perspective de Vie éternelle que de dépendre de la Plénitude Infinie de Celui qui est le Chemin, la Vérité, la Vie…

Je rappelle que ce Dieu a choisi aussi d’être dans la dépendance par rapport à nous.

Il dépend de notre libre-arbitre, de notre disposition à accueillir notre « Fiat ».

 

Nous serons, un jour, pleinement nous-même parce que nous serons pleinement “nous-tous”, unis en Lui pour intégrer ce “Grand Tout” qu’est la Trinité.

 

C’est la grande leçon de notre confinement qui doit nous conduire dans ce type de réflexion et de pensée. Il est venu, non plus le temps des cathédrales (ça c’était hier)… Il est venu le temps du confinement et des leçons à en tirer pour demain.

 

Découvrir que le Pape invite les chrétiens à recevoir des sacrements dans une dimension spirituelle en respectant la consigne des gestes « barrière » et les mises à distance du confinement, c’est exceptionnel. Cela réalise plus particulièrement aujourd’hui cette parole de Jésus à la samaritaine :

« Femme, crois-moi : l’heure vient … où vous adorerez en esprit et en vérité ».

 

Vivre le sommet de la foi chrétienne, l’eucharistie ou la réconciliation, par des relais satellite, c’est franchir une étape supplémentaire dans l’histoire de l’Eglise.

Et si ça, ce n’est pas de la noosphère, je n’y comprends plus rien !!!

 

Désormais, grâce au confinement, l’Eglise ne vit plus et ne se repère plus prioritairement par ces cathédrales, ses monuments ou par sa curie. Nos « Corps » ne sont-ils pas eux-mêmes “Temple de l’Esprit” ? Quelle voie pour nous retrouver non plus dans un monument ou une « loi » ou un dogme mais bien dans une dynamique d’Unité spirituelle !

 

Depuis longtemps, il me semblait que le Pape, avec ses idées « révolutionnaires », allait annoncer un message fort, dans la nouvelle organisation de son Eglise en manque de prêtres et débordant de sécularité. Je pensais qu’il inviterait prochainement les chrétiens à vivre l’Eglise au cœur de leurs cœurs, de leurs maisons, dans un quartier, un village, une entreprise ou une association…

 

Le confinement du coronavirus l’a devancé.

 

Comme elle l’avait déjà vécu dans son histoire, l’Eglise se déploie donc dans la solidarité, la générosité de la salle d’attente d’un cabinet médical, dans le bloc opératoire d’un hôpital voire à nouveau dans les étables de nos paysans. C’est l’authenticité de notre démarche de recherche spirituelle qui construira l’Unité et la concorde. Et si Dieu est Dieu, notre désir profond et authentique Lui suffisent pour parachever le parcours à réaliser (cf Luc 15:11–32 : l’enfant prodigue).

Pages précédentes / suivantes : « Le confinement… Une vision très personnelle… »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.