mardi, 19 mai 2020 09:07

Le confinement…

Le confinement…

Dans la vision noosphérique telle que je la perçois, la partie christique qui m’anime, cette « bipolarité » qui fait de moi une nature en devenir divin, devrait grandir jusqu’à donner une forme nouvelle à ma dimension humaine.

Les minéraux, les végétaux et les animaux nous accompagnent dans cette Histoire naturelle et « surnaturelle » : ils sont faits à l’image. L’Homme quant à lui, a un statut particulier. Il est fait à l’image ET à la ressemblance (devenir semblable !?). Nous sommes invités à nous laisser « transfigurer » !

La dimension spirituelle, si nous acceptons de la prioriser sur la matière (ou le matérialisme), va nous conduire dans l’unité par la Commune Union. Cette communion passe par « la prise de conscience de notre conscience d’être » (cf Bertrand Vergely).

 

 

C’est la première étape proposée par le confinement.

 

Cette période fort inconfortable va être longue, en terme de durée réelle comme en terme de ressenti ! Il nous faudrait avoir la sagesse de ne pas fuir à travers nos écrans ou nos anciennes idoles et d’autres addictions conscientes ou inconscientes. Cette expérience presque imposée est une réelle invitation à cette prise de conscience. Aidés, hélas, par la tragédie que revêt cette horrible pandémie, il nous reste à aller à l’essentiel, à le découvrir ou à l’approfondir.

 

Qui suis-je ?

 

Alors que la vie nous poussait à nous cacher derrière un rythme de vie aveuglant et incohérent, le confinement propose de prendre le temps, invite au silence, à la réflexion voire à une forme de vacuité pour nous laisser remplir.

Nous sommes invités à passer du « Pourquoi » au « Pour quoi » ?

 

 

La deuxième étape de ce confinement passe par un ajustement de nos modes de vie. Je ne reviens pas dessus puisque j’ai cité quelques exemples plus haut mais je voulais insister sur la dimension de co-création et d’unité avec notre Mère Nature. Nous avons libéré en l’espace de quelques semaines des espaces de Vie gigantesques en diminuant notre consommation en tous genres. Jamais l’atmosphère n’avait été aussi respirable depuis bien des années. Le silence n’avait jamais purifié et apaisé nos organes auditifs de façon aussi spectaculaire ! Nous n’avions jamais disposé de temps à prendre seul, en famille (mais pas entre amis !). Restons EN nous !

 

Et nous voici à la troisième étape. Malgré ce confinement et aussi grâce à lui, nous expérimentons une nouvelle façon de communiquer qui confirme largement le concept de noosphère. Comme je suis en train de le faire, les échanges de connaissances, de réflexions, de visions, d’idées prennent une place de plus en plus conséquente dans nos modes de vie. Nous en avons besoin, c’est vital ! Nous voilà sur le point de pouvoir et savoir nous enrichir mutuellement de nos différences.

 

La toile, qui était trop souvent un ramassis d’horreurs et de saloperies en tout genre va devenir un espace ressource pour nous permettre de grandir. Le confinement nous impose cette évolution et nos outils numériques peuvent les servir. Cette réflexion est tirée du travail proposé par Marc Halévy dans sa présentation de la noosphère.

 

 

Enfin, quatrième et dernière étape en lien avec ce virus et le confinement qu’il impose, nous réapprenons à nous soucier de l’autre : d’un voisin, d’un parent éloigné, d’une caissière ou d’une infirmière et bien sûr d’un malade !

 

Oui, nous sommes acteurs dans l’évolution de cette Histoire créatrice mais nous sommes aussi co-acteurs. Cette Histoire est à partager entre nous tous, dans la solidarité et le soutien mutuel, dans la fraternité, l’amitié ou plus profondément l’Amour.

 

Cette Histoire, notre Histoire commune s’écrit et se déroule avec l’autre, proche ou moins proche. C’est la dimension la plus profonde et la plus surprenante de la vision de Teilhard et donc de la vision chrétienne (une fois encore je propose à ceux qui le désirent de repérer les aspects qui sont communs avec d’autres sagesses ou religions).

 

Plus nous allons porter une attention première et vitale à notre vie intérieure et plus nous allons expérimenter un double “effet-kisscool” au cœur de notre existence.

 

Le premier est que nous pouvons vivre une plus grande unité entre tous les êtres humains dès lors qu’ils se « réunissent » autour de et par cette dimension spirituelle. Elle induit, en effet, beaucoup moins de distances et d’incompréhensions liées aux différences de races ou de cultures. Il n’ y a plus de grands ou de petits, de riches ou de pauvres, de beaux ou de moches, de valides ou de personnes à mobilité réduite, de vieux ou de jeunes… Dans l’expérience de notre vie intérieure, nous sommes tous égaux ! Nous sommes tous des merveilles !

 

Le deuxième est que notre « vieil homme » se trouve allégé des jalousies, convoitises mettant de côté, au moins pour un temps, une incarnation trop encombrante.

 

Ce nouveau projet de Vie : découvrir qui nous sommes individuellement et qui nous sommes en train de devenir ensemble !

 

C’est ce que la Tradition chrétienne appelle la « Communion des Saints ».

Vivant sur cette terre ou ayant terminé ce passage, tous les êtres humains peuvent et doivent vivre cette solidarité salvatrice. Dans la prière ou par toute autre forme d’attitudes communicantes, nous sommes ensemble « ce peuple immense de ceux qui t’ont cherché ».

 

Pages précédentes / suivantes : « La « Noosphère »… Notre vie intérieure… »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.