mardi, 19 mai 2020 08:38

La dépendance…

La dépendance…

Ni vous, ni moi, ni personne n’a jamais fait le choix de vivre !

 

Nous naissons dans un état de fragilité extrême dans une totale dépendance à notre environnement et aux personnes de notre entourage par l’attention qu’ils nous portent (ou pas, ou mal…).

Cette remarque se vérifie au cours de la vie intra-utérine. Nous percevons durant cette période de gestation des sons, des couleurs, des émotions qui, déjà, influencent largement les conditions de notre venue sur la terre et de notre parcours à venir.

 

Et que dire de ce qui « était » en amont de cette vie qui prend sa source charnelle dans la matrice utérine ? Les chercheurs s’interrogent. Avant ce « commencement » (le Big Bang ?), n’y avait-il pas déjà quelque chose, un projet, une intention et donc aussi une attention ?

 

 

 

Il me semble pourtant que c’est le Principe même de la Vie.

 

 

 

Le premier mot du premier chapitre du premier livre de la Bible est : « bereshit », mot hébreux pour lequel Annick de Souzenelle propose la traduction suivante : « Dans le principe, Dieu crée » (bien maladroitement traduit en grec, en latin puis en français par : « Au commencement, Dieu créa le Ciel et la Terre »). Or, ce temps du présent (kaïros), « crée », nous dit l’intemporalité d’une création que l’on sait cependant issue d’un Big Bang scientifiquement confirmé !

Mystère de la vie, d’un temps qui s’écoule, intégré dans un temps qui est Eternité !

 

Dieu crée, et nous crée, et crée toute chose, en permanence et nous sommes impliqués dans ce Principe de Vie, dans cette Création, en étant participant dans une proportion que nous découvrons petit à petit à travers la dimension quantique.

 

 

Pourtant, que nous le voulions ou pas, notre nature, notre histoire font de nous des êtres « dépendants » au moins dans la phase initiale de nos existences.

 

Nous refusons, depuis le « début » de notre histoire, cet état de dépendance qui nous semble être réducteur et vient impacter notre degré de liberté.

 

Pourtant à l’origine de la Vie divine, cette dépendance est déjà actrice et féconde.

 

Je vais essayer d’être le plus clair possible même si l’on vient, dans ces réflexions, toucher au Mystère de la Vie.

 

Dieu est plénitude de Vie, il n’a besoin d’aucune cause première pour Etre.

 

Pourtant, Dieu, Lui-même, connait la dépendance.

 

Pages précédentes / suivantes : « Vu sur le web La chute »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.