mardi, 14 mai 2019 07:38

Il est fini le temps des cathédrales

Il est fini le temps des cathédrales
 
L

es premiers édifices érigés en l’honneur du Dieu des chrétiens datent de 421. En effet, avant la conversion “spectaculaire” de l’Empereur Constantin, les chrétiens, se réunissaient les uns chez les autres et se retrouvaient en particulier pour célébrer la cène. Lorsque le danger menaçait, c’était plutôt dans les catacombes qu’ils se réfugiaient.

Constantin va instaurer le christianisme comme religion d’état. Il va entrainer avec lui toute une frange de la bourgeoisie romaine qui, dans une démarche généreuse mais déjà “politiquement correcte” va estimer qu’il faut des lieux de culte pour cette nouvelle religion à laquelle ils adhèrent.
Ainsi sont nées les premières églises et les cathédrales vouées au message de l’Evangile du Christ. Jésus n’a pourtant jamais demandé ni commandé, dans aucun de ses discours, l’opulence de ces bâtiments souvent majestueux ! Il n’était surement pas opposé mais il connaissait le danger de ces initiatives bien intentionnées ! Ces prodiges architecturaux partaient d’un bon sentiment mais comme l’exprime le dicton “l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions “ ?
Toujours plus beau, toujours plus grand, toujours plus riche, bien sûr que ce Dieu Tout Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre, devait probablement être honoré des plus belles et grandioses créations issues de la technique et de l’imagination de l’Homme. Mais n’était-ce pas aussi oublier le message de la crèche ou de la Croix ou du simple bout de pain de la messe ?

A quel moment l’orgueil des Hommes prend-il le dessus sur ce qui a motivé sa production artistique ? C’est une grande question et qui demande du discernement. En effet, pour créer le “Beau”, il faut, outre le talent, le travail et les moyens techniques et financier, être inspiré, habité, rempli… Mais de quoi ?
Probablement du message d’Amour de ce Jésus de l’Evangile, reconnu suivant les croyances  comme Dieu, prophète ou comme Grand Initié.
Mais alors cherchez l’erreur ! Cet Amour commande-t-il de développer des richesses et des monuments incommensurablement luxueux ou bien faut-il prioritairement partager avec notre prochain ? Allons-nous refaire Notre Dame à l’identique ?

“Mais l'heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront en esprit et en vérité” (Jean 4;  21-23).
Peut-être que ce temps est venu, qu’il est fini le temps des cathédrales de pierre et de bois et d’or, peut-être la dimension spirituelle va-t-elle se vivre … dans nos entreprises, dans nos associations, dans nos familles et dans la vie de la Cité !

Il est là le bonheur ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.