mardi, 14 mai 2019 07:07

"dis Mère-Grand..." : Le Lierre terrestre

"dis Mère-Grand..." : Le Lierre terrestre
 
V

ous avez dit « remède de Grand-mère » ?
Véritable puits de connaissance, cette Grand-mère qui transmettait son savoir à sa fille, est à l’honneur dans cette rubrique*, avec la présentation d’une plante, de ses vertus et de la façon de l’utiliser.

Aujourd'hui : ‘‘Le Lierre terrestre” (Glechoma hederacea)

Le Lierre terrestre (Herbe de la St Jean dans le Poitou) fait partie de la grande famille Lamiaceae, les plantes à tige carrée et à fleurs en bouche (lamia signifiant «ogresse» en latin), dont la lèvre inférieure sert de drap d'atterrissage aux insectes pollinisateurs. Fleurs du Lierre terrestre : une corolle en «tube» droit, formée par une lèvre supérieure plane et échancrée et une lèvre inférieure trilobée. Glechoma hederacea affectionne la terre fraiche et ombragée des bords de haies et de forêts. Ses fleurs violettes sont visibles dans le Poitou entre mars et mai. C'est une plante vivace qui s'installe durablement et dont les racines rampantes assurent une colonisation efficace. Ses feuilles molles et crénelées sont assez polymorphes, tantôt réniformes, tantôt cordées. Phyllotaxie du Lierre terrestre : les feuilles sont opposées, une autre caractéristique du clan Lamiaceae. Les Vikings et les Celtes utilisaient Glechoma hederacea pour aromatiser, préserver et clarifier la bière avant l'usage généralisé du houblon. La plante est considérée comme comestible pour l'homme (toxique pour les chevaux), bien que contenant du pinocamphone en faible quantité (molécule toxique). Il convient donc de ne pas en consommer des pleins saladiers...

Christine Belleville - Cuisine Vagabonde
Tel : 06.28.32.43.98
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Côté cuisine
Chips du shérif au Lierre terrestre : récolter les plus grosses feuilles, couvrir chaque feuille de quelques gouttes d'huile d'olive et d'une pincée de sel, passer quelques minutes au four, à chaleur douce, jusqu'à ce que les feuilles durcissent... Laisser refroidir et croquer !

Vertus médicinales :
- “Je cherche un remède.
- Quel mal veux tu soigner ?
- Un cœur brisé.”
(Once upon a time, Adam Horowitz & Edward Kitsis)

À travers l'histoire, c’est la plante médicinale par excellence. Elle est au cœur de la magie blanche au moyen-âge ; ses vertus contre les affections respiratoires en usage interne sont connues depuis la Grèce antique jusque dans les campagnes de nos grands parents. On l'utilise en cataplasme contre les abcès et les furoncles... Avant l'invention de l'aspirine, on la tresse en couronne pour soulager les migraines!

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.