mardi, 14 mai 2019 06:27

ARRETE DE T’LA RACONTER !

ARRETE DE T’LA RACONTER !
 
N

os jeunes ont parfois une justesse dans leurs expressions qu’ils ne soupçonnent peut-être même pas eux-mêmes ! Bien sûr “se la raconter”, c’est “se la péter” et ne pas “se prendre pour une m…” !

Mais si on y regarde de plus prêt, “se la raconter”, c’est aussi sortir du champs de l’ici et maintenant, souvent en lien avec la peur du lendemain, la peur de ne pas être aimé ou à la crainte de ne pas être à la hauteur.
“Se la raconter”, c’est juste l’inverse d’un état de pleine conscience, c’est laisser trop de place au mental, c’est tenter de trouver des explications cartésiennes à des situations souvent trop complexes !
Au réveil, en nous projetant sur le contenu probable de notre journée, nous commençons déjà “à nous la raconter”. C’est un réflexe de survie pour anticiper et tenter de vivre au mieux les situations difficiles de notre quotidien. C’est le conditionnement du masque décrit par Carlo Moïso, thérapeute, disciple de Eric Berne à qui nous devons en grande partie ce bel outil qu’est l’Analyse Transactionnelle.
Si nous portons un masque c’est que nous avons la crainte d’être perçu comme le crapaud que nous croyons être en lieu et place du “prince” qui habite chacun d’entre nous.
Les croyances qui nous limitent et nous écartent de notre “prince intérieur” sont le fruit d’injonctions reçues dans notre jeunesse et qui nous ont persuadés que nous étions nuls, que nous n’y arriverions jamais, que le bonheur ne pouvait exister qu’à condition de faire plaisir à maman ou à la maîtresse… et aujourd’hui à un patron…
Prendre la décision d’arrêter de ne voir que le crapaud et désirer lâcher le masque pour retrouver le prince, n’est pas facile à mettre en place dans nos vies.

C’est une des raisons d’être de cette rubrique “Qualité de Vie”.
“Pour arrêter de se la raconter” il est fortement conseillé d’être accompagné car le bon professionnel saura proposer la bonne dose de transformation au bon moment avec l’outil adapté. Les intervenants que nous présentons dans ces pages sont dignes de confiance et nous rappelons une fois encore la prudence sans méfiance qu’il faut exercer pour rentrer dans une démarche de travail sur soi. Ces professionnels sont aussi des personnes avec tous leurs talents et expériences et aussi peut-être leurs fragilités. Ils ont la sagesse d’être supervisés pour qu’un regard extérieur vienne confirmer la cohérence et la pertinence de la démarche thérapeutique proposée.
N’hésitez pas à nous confier la qualité des relations professionnelles expérimentées avec eux mais aussi les difficultés éventuelles. Cela peut nous aider, vous aider, les aider à “Donner toujours plus de Sens”.

Il est là le bonheur ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.