lundi, 22 juillet 2019 15:10

Anthropocène : l’ère de l’Homme

Anthropocène : l’ère de l’Homme
E

n 2050, d’après les études réalisées pour le compte du GIEC, le Bengladesh aura disparu sous les eaux - 170 millions d’habitants vont de voir être déplacés…

Sébastien Kraft anime « Kovalence », une dynamique au sein de la coopérative Oxalis à Chambéry pour accompagner les projets de Transition Ecologique et Solidaire. La conférence qu’il a proposée le 1er juin m’invite à vous proposer ces lignes de réflexion au milieu de vos vacances.

Nous avons aujourd’hui, par les chercheurs, penseurs, philosophes et scientifiques une connaissance assez précise de l’évolution du cosmos. Du Big Bang maintenant largement confirmé par la communauté scientifique, l’univers a progressé à travers des étapes identifiées par des « sphères » : photosphère (énergie et vibrations), nanosphère (atomes et molécules), lithosphère (matière), biosphère (le vivant), sociosphère (l’organisation de la vie en communauté) et l’étape dans laquelle nous sommes entrés a reçu le nom de noosphère (proposé par Teilhard de Chardin au début du XXème siècle : circulation de l’information, connaissance, idées partagées, intelligence collective…). Ces penseurs annoncent une probable théosphère (développement spirituel de la personne).

L’anthropocène est un concept nouveau qui accompagne cette noosphère entamée. Elle en dit le terrible risque d’un effondrement possible : époque de l'histoire de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l'écosystème terrestre. On en situe le début dans les années 1870 avec la révolution industrielle.

Cela signifie que l’Homme est en capacité de détruire les conditions qui lui permettent de vivre sur cette planète. Par sa faim sans limite de pouvoir, d’avoir et de jouissance sans effort, l’Homme scie la branche sur laquelle il est assis, il anéantit la forêt qui lui permet de respirer ! Il prétend maîtriser la vie et avoir droit de regard et de régulation sur cette vie. C’est le transhumanisme, mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains.

Un immense merci à cette canicule de juin, elle confirme un immense réveil des consciences et nombreux sont ceux qui appellent à plus de raison s’il est encore temps.

Merci à nos jeunes qui brandissent leur drapeau « Youth for climate ». Ils ont d’autant plus de mérite qu’ils savent que leur cri est vain et que ces adultes qui mènent le monde ne les écouteront pas même s’ils donnent délibérément la parole à Greta Thunberg.

Alors que faire ? « Donner du Sens et Inventer Demain ! » = D-SID

Commençons par prendre du temps pendant ces vacances pour nous D-SIDer, non pas d’abord dans une dynamique volontariste voire militante mais en allant explorer une dimension qui en privilégie l’Etre au détriment du Faire et de l’Avoir. Non pas nous aventurer dans un univers « bisounours » mais bien prendre le temps de déterminer nos priorités et donner du sens.

Ce sont souvent les mêmes scientifiques, chercheurs, penseurs évoqués ci-dessus qui en ont le mieux parlé :
« Le problème aujourd’hui n’est pas l’énergie atomique mais le cœur des hommes ». Einstein
« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine » .Teilhard de Chardin…

Cette dimension « spirituelle » (attention au mot !) est la clé de l’énigme pour demain. Elle invite à remonter à la source, à l’origine de toute vie. C’est une expérience que nous pouvons tous vivre, riches, pauvres, jeunes ou moins jeunes, malades ou bien portants…

8 millions d’exemplaires traduits dans 34 langues différentes pour un travail dont la puissance reconnue réside dans une simplicité telle qu’elle en devient complexe : vivre « La puissance du moment présent », ouvrage de Eckhart Tollé (voir article suivant).

Ne pas se soucier de ce qui risque d’arriver, ne pas focalise sur une histoire passée, chargée de blessures, stopper le mental pour laisse toute la place à l’authenticité, à l’ici et maintenant… Voilà qui rejoint toutes les formes de prières ou méditations des religions et sagesses les plus anciennes jusqu’aux traditions des tribus les plus reculées de la planète.

« L’ère de l’Homme », d’un homme qui se couperait de sa part transcendante ? C’est l’une des interprétations possible du chiffre biblique 666 : ne pas atteindre et refuser d’accéder au « 7 », chiffre de la Plénitude.
« Dieu a fait l’Homme pour que l’Homme devienne Dieu ! » cette citation de Saint Athanase est extraite de la Tradition chrétienne mais c’est aussi le sens du Yin et du Yang, de cette finitude dans l’Unité (le Nirvana) même si partageant cette non dualité par la Commune-Union, les chrétiens y ajoutent mystérieusement l’altérité de La Trinité.

Et bien voilà des vacances philosophico-spirituelo fumante !

N’oubliez pas d’aller aussi piquer une tête dans le lac ou de vous tremper dans l’une des rivières de nos montagnes mais même là, essayez de rester dans l’instant présent. C’est une véritable école de Vie !

Ces moments expérimentés en vacances vous donneront l’envie de poursuivre lors d’une pause au travail, dans le métro ou le soir avant de vous endormir tout le reste de l’année !

Belles vacances à chacun !

Benoît

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.