lundi, 22 juillet 2019 15:00

Truc de Wwoof !

Truc de Wwoof !
S

i vous souhaitez essayer un nouveau concept (pas si nouveau que ça d’ailleurs) basé sur le concept « vacances utiles et instructives », nous vous recommandons le WWOOFing.

Non cela ne consiste pas à apprendre la langue de nos chers amis canidés dans le but de les rassurer sur le fait qu’ils ne vont pas être abandonnés sur une aire d’autoroute !

Avec l’émancipation du milieu tertiaire (60% du monde du travail), beaucoup d’entre nous passent l’année derrière un écran, assis ou dans des positions souvent statiques, avec pour certains une remise en question de l’utilité de leur fonction. Une prise de conscience s’installe doucement en France et dans le reste du monde : un besoin de renouer avec l’essentiel et de donner vie à une action concrète, physique, limite sportive.

Loin de l’effet mode du bobo 100% bio, une réelle mouvance s’organise autour de la revalorisation de la Terre nourricière et une envie (une soif ?) d’apprendre renait. Les vacances, partiellement motivation de ressourcement, sont la période où les fermes proposant du Wwoofing trouvent le plus de participants.

Le WWOOF est un acronyme qui désignait à l'origine « Working Weekends on Organic Farms » (week-ends de travail dans des fermes biologiques) créé en Angleterre en 1971, il s'est étendu dans le monde entier. Des hôtes se proposent d'accueillir des WWOOFers pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire, leur quotidien et leurs activités avec la possibilité pour ces derniers de se voir offrir le gîte et le couvert. Cette pratique est donc parfois aussi appelée le WWOOFing, qui est porté par une association indépendante dans chaque pays où il a lieu (plus de 100 pays dans le monde) et rattaché au World-Wide Opportunities on Organic Farms (WWOOF), un réseau mondial de fermes biologiques.

Les volontaires du WWOOF, ou WWOOFeurs et WOOFeuses, ne reçoivent aucune forme de paiement ni aide financière. Les hôtes doivent donner des occasions d'apprendre, de partager en échange d'une assistance de toute activité et discipline agricoles. Ils peuvent aussi offrir la nourriture et l'hébergement. Les volontaires se recrutent parmi différentes catégories de personnes. Des étudiants aux ressources limitées l'utilisent parfois pour prendre des vacances. On y trouve aussi des personnes intéressées par l'agriculture bio (dont des étudiants en agronomie, de futurs agriculteurs, des agriculteurs traditionnels à la recherche de conversion), différentes techniques : agroécologie, permaculture, agroforesterie, pastoralisme, attelage, débardage, cueillette, etc… ou le jardinage bio pour eux-mêmes. Certaines personnes sont à la recherche de voyages et de rapports humains sans rapports agricoles.

Jérôme Isard
Pour en savoir plus sur le wwoofing :
www.wwoof.fr
www.eco-volontaire.com/france/wwoofer-ferme-biologique-france-wwoof/
Sources : Wikipedia et ConsoGlobe (www.consoglobe.com)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.