mardi, 08 janvier 2019 09:51

« DS » : Dimension Spirituelle dans nos organisations

« DS » : Dimension Spirituelle dans nos organisations
S
i nous ne changeons pas radicalement nos modes de vie et en particulier nos façons d’acheter et de consommer…
Si les professionnels ne changent pas leur regard sur la façon de gérer leur entreprise…
Si nous ne portons pas, tous, une attention particulière au respect de notre écosystème…


Voici des propos que nous entendons déjà depuis quelques années tant dans notre contexte de vie quotidienne que dans le monde du travail… La dynamique issue de cette prise de conscience a déjà porté de beaux fruits en offrant de meilleures conditions de vie au travail pour ceux qui ont désiré l’expérimenter. Et pourtant la situation demeure critique, pire, certains se sont emparés de ces nouvelles méthodes de management pour faire toujours plus de profit (greenwashing).

La question spirituelle : un sujet délicat à aborder et donc très souvent évité.

Sous couvert de respect, de non intrusion dans l’intimité de la personne, d’une laïcité mal comprise, nos organisations se sont trop souvent interdit cette dimension “noétique”. Nous y avons perdu beaucoup de nos repères et le sain équilibre que provoque la recherche de Sens. Il faut dire que, jusqu’à la prise de conscience actuelle, la folie des hommes en terme de consommation et donc d’exploitation des richesses naturelles, n’a cessé de s’aggraver.
L’Homme, par ses découvertes techniques s’est fait croire qu’il devenait maître de la Vie et qu’il pouvait se passer de cette dimension spirituelle et qu’elle ne serait qu’une option en réponse à quelques craintifs en quête de sécurité religieuse.

La (r)évolution nécessaire passe par l’audace dans la bienveillance !

La dimension spirituelle est une expérience de vie offerte à chacun d’entre nous.
Nous l’appelons “vie intérieure”.

Nous sommes tous en capacité d’expérimenter, si nous le désirons vraiment, cette vie intérieure.
Un temps de recul, de silence, de relaxation, de communion avec la nature, une bougie allumée… Voici des exemples de données favorisant l’attention et l’écoute de ce qui se vit à l’intérieur de nous. Les conditions sont alors réunies pour développer une énergie nouvelle, une créativité, une envie de nous réaliser, une quête de Sens, le besoin de passer du « Pourquoi ? » au « Pour Quoi ? ».

Voici la porte d’entrée que chacun peut librement pousser, ou pas, en choisissant la manière, l’heure, la promptitude, le fait de s’y engager seul, en groupe, en communauté… Nous voici au cœur de la dimension spirituelle (DS) car nous croyons que l’homme est vraiment composé de ces trois dimensions : corps, âme et esprit (soma, psyché et noétique).

On ne va tout de même pas tenir ce discours dans nos organisations !?

Et pourquoi pas ?
Cette dimension correspond à une attente beaucoup plus forte qu’on ne le croit !

Les centaines de milliers de personnes qui vivent une certaine prise de conscience, désirent apporter leur pierre à l’édifice à reconstruire. TOUTES sont animées d’une vie intérieure, spirituelle qui est moteur de leur analyse et de leur comportement. Ces personnes sont toutes demandeuses d’échanger et de partage sur ces questions fondamentales. Quelle richesse et quel potentiel !

Une autre catégorie de personnes est prête à accueillir cette nouvelle dimension spirituelle. Elles l’expérimentent intuitivement en particulier lorsqu’elles ont le sentiment de pouvoir y puiser des réponses ou du sens dans les impasses imposées par les tensions, les épreuves de leur vie quotidienne…

POUR … QUOI la spiritualité dans nos organisations et dans nos entreprises en particulier ?

De plus en plus de managers sont attentifs au bien-être et à l’épanouissement de leurs collaborateurs. Les résultats obtenus dans cette dynamique innovante sont déjà étonnants.

Pourtant, cette amélioration sur le plan « psycho-corporel » connaît ses limites.
Lorsque l’on a tout fait d’un point de vue humain et que, malgré tout, le chaos persiste, alors, se tourner vers une dimension « surnaturelle », transcendante, divine… devient presque une évidence ! C’est là qu’il faut « autoriser », susciter, inviter à la dimension spirituelle dans l’entreprise. Elle nous conduit au-delà de nos seules réactions humaines, elle vient éclairer la relation à l’autre d’une couleur « invisible aux yeux »… (Le Petit Prince - St Exupéry).

Considérer le travail de l’Homme comme une part de son ontologie, de sa raison d’être et non plus comme un simple moyen de survie ou un positionnement social, c’est tenir compte de l’Homme tout entier. C’est l’écologie intégrale qui concerne tous les contextes de vie (personnel, familial, professionnel, social, éducationnel, financier…) sans oublier le respect de la « Maison commune » (Laudato Si - Pape François).

Il est dommage que l’homme soit souvent obligé de flirter avec les frontières de l’insupportable pour « rencontrer » cette troisième dimension qui l’habite : un espace personnel, un trésor individuel que rien ni personne ne peut retirer ni même altérer.

Je me demande même si d’une façon implicite le message des “gilets jaunes” n’est pas teinté d’une telle expression !
Pourquoi alors priver nos entreprises de cette expérience ?!

Nous proposons une prestation originale

Compte tenu du sujet abordé, notre intervention à l’attention de toute forme d’organisation (entreprises, TPE, TPI, professions libérales, commerçants, associations, fondations, clubs…) ne peut être catégorisée dans une démarche existante assimilable à des prestations de conseils, consultants ou accompagnants…

Pourtant elle s’en inspire et veut être un nouveau stade d’évolution dans la stratégie de développement et de management de votre organisation.

Il y a quelques prérequis pour la mise en place de la prestation que nous proposons :

- implication et mobilisation du manager, du chef d’équipe, des animateurs, des structures concernées.
- participation volontaire des personnes appelées à vivre cette expérience
- le groupe restreint (maximum de dix participants).

- le premier et le plus important est d’accepter (et de gérer !) l’inattendu,
l’improbable et de devoir ensemble s’adapter en intelligence de situation.

Ce type d’intervention demande du temps. Elle se déroule dans l’attention et le respect de chacun et même de l’attente du groupe qui doit formuler et rappeler en permanence son besoin.

L’idéal est de pouvoir consacrer une journée et demi avec si possible le temps d’une soirée à partager et de se retrouver dans la continuité le lendemain pour une journée de “travail”.

Cette proposition est inédite, elle est à construire avec les participants qui en formuleront la demande. Elle vient en réponse à ce slogan si souvent mis en avant dans ces colonnes : “Donner du Sens et Inventer Demain”.

Son modèle économique, en dehors des frais directs d’organisation et en particulier d’hébergement (s’ils sont retenus pour la soirée et pour la nuit) se basera sur une libre participation, de plus en plus communément appelé “prix en conscience”.

Je me tiens à la disposition de toute structure désireuse d’expérimenter cette nouvelle dimension et prête à prendre avec moi le temps de réflexion nécessaire pour en confirmer (ou infirmer) la pertinence et la cohérence.

Je reste à l’écoute.

Benoît
Tél : 06 62 24 29 65
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.