mardi, 09 janvier 2018 14:04

‘‘dis Mère-Grand...’’ : Le thym

‘‘dis Mère-Grand...’’ : Le thym
V
ous avez dit « remède de Grand-mère » ?
Véritable puits de connaissance, cette Grand-mère qui transmettait son savoir à sa fille, est à l’honneur dans cette rubrique*, avec la présentation d’une plante, de ses vertus et de la façon de l’utiliser.

Aujourd'hui : le Thym (“Thymus vulgaris”)
Présentation
Le thym, famille des lamiacées, est un sous arbrisseau odoriférant très répandu dans le bassin méditerranéen.Il pousse dans des lieux ensoleillés sur des terrains arides et rocailleux. Les rameaux sont couverts de poils courts et portent des petites feuilles opposées, ovales et lancéolées.
On le nomme « mignotise » en Suisse et « farigoule » en Provence. Il peut être récolté en juin et en septembre. Après un séchage complet, on procède au battage pour détacher les feuilles. Le thym dégage une odeur puissante et caractéristique liée à sa richesse en huile essentielle.

Historique
Les Egyptiens l’utilisaient pour embaumer les corps.
Il est traditionnellement associé au courage et à la force. Les soldats romains se baignaient dans de l’eau parfumée au thym pour accroître leur vigueur. Galien vante ses vertus urinaire, gynécologique et pulmonaire entre autres. C’est au XIème siècle qu’il est introduit dans notre pharmacopée et Hildegarde de Bingen le préconise dans les paralysies et maladies nerveuses. Par analogie à la fleur de thym, les premiers anatomistes nommèrent thymus, la glande de la base du cou.

Propriétés médicinales
Connu pour son action antiseptique générale, c’est un bon remède pour aider à lutter contre les états fébriles et grippaux. Il est indiqué dans les infections de la bouche et de la gorge ainsi que pour lutter contre la toux. C’est également un tonique du système digestif. Il favorise la digestion et calme les contractions nerveuses de l’estomac et de l’intestin. Il chasse les gaz et empêche les fermentations. C’est un bon stimulant qui convient aux personnes surmenées et aux convalescents.

Marie Pereira, Praticienne de santé naturopathe - Botanic® Villeurbanne
Quelques utilisations

En cuisine : pour parfumer les plats et stimuler les fonctions digestives.

En infusion : à raison d’1 cuillère à café de plante sèche (feuilles) pour une tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 5 à 15 mn et boire 1 à 3 tasses par jour selon les besoins

Localement : pour les douleurs rhumatismales on peut utiliser la plante chauffée en cataplasme dans un linge humide. Dans l’eau du bain (y compris pour les enfants), on peut ajouter une décoction préparée avec 200g de rameaux feuillés de plantes pour 4 litres d’eau.

L’huile essentielle de thym : à spécificité biochimique linalol (qui doit être utilisée sous conseil d’un professionnel), a des propriétés anti-infectieuses. Elle est indiquée pour toutes infections bactériennes, fongiques ou parasitaires. Elle peut être utilisée en complément des tisanes à raison d’1 à 2 gouttes en inhalation ou 2 à 3 gouttes diluées dans un corps gras pour une application sur le thorax et le dos par exemple (à partir de 7 ans). On peut aussi mélanger 1 à 2 gouttes dans 1 cuillère à café de miel qu’on laisse fondre en bouche. Choisir des huiles essentielles 100% pures et naturelles de qualité biologique de préférence. L’hydrolat (ou eau florale) de thym est aussi indiquée en lotion pour les peaux acnéiques.



Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.